Chaque idée proposée sur la plateforme Ma Ville Engagée s’inscrit dans un ou plusieurs objectifs définis par l’ONU. Ce document a été un prélude au Sommet du Millénaire de l’onu en 2000. Ces dix dernières années, la productivité dans les pays d'Asie et de la CEI a été multipliée par quatre, contribuant à faire baisser le nombre de travailleurs pauvres. Au Togo par exemple, la proportion d'enfants dormant sous ce type de moustiquaire est passée de 2 % en 2000 à 38 % en 2006. « Ne laisser personne de côté » est un axe transversal nouveau mentionné dès le préambule[42]. Le Secrétaire général souligne comment les réformes vont transformer le travail des Nations Unies. Une nouvelle analyse des températures, consultée par la BBC, suggère que les objectifs de l'accord climatique de l'ONU conclu à Paris sont "à portée de main". 17.1 Améliorer, notamment grâce à l’aide internationale aux pays en développement, la mobilisation de ressources nationales en vue de renforcer les capacités nationales de collecte de l’impôt et d’autres recettes, 17.2 Faire en sorte que les pays développés honorent tous leurs engagements en matière d’aide publique au développement, notamment celui pris par nombre d’entre eux de consacrer 0,7 % de leur revenu national brut à l’aide aux pays en développement et entre 0,15 % et 0,20 % à l’aide aux pays les moins avancés, les bailleurs de fonds étant encouragés à envisager de se fixer pour objectif de consacrer au moins 0,20 % de leur revenu national brut à l’aide aux pays les moins avancés, 17.3 Mobiliser des ressources financières supplémentaires de diverses provenances en faveur des pays en développement, 17.4 Aider les pays en développement à assurer la viabilité à long terme de leur dette au moyen de politiques concertées visant à favoriser le financement de la dette, son allègement ou sa restructuration, selon le cas, et réduire le surendettement en réglant le problème de la dette extérieure des pays pauvres très endettés, 17.5 Adopter et mettre en œuvre des dispositifs visant à encourager l’investissement en faveur des pays les moins avancés, 17.6 Renforcer l’accès à la science, à la technologie et à l’innovation et la coopération Nord-Sud et Sud-Sud et la coopération triangulaire régionale et internationale dans ces domaines et améliorer le partage des savoirs selon des modalités arrêtées d’un commun accord, notamment en coordonnant mieux les mécanismes existants, en particulier au niveau des organismes des Nations unies, et dans le cadre d’un mécanisme mondial de facilitation des technologies, 17.7 Promouvoir la mise au point, le transfert et la diffusion de technologies respectueuses de l’environnement en faveur des pays en développement, à des conditions favorables, y compris privilégiées et préférentielles, arrêtées d’un commun accord, 17.8 Faire en sorte que la banque de technologies et le mécanisme de renforcement des capacités scientifiques et technologiques et des capacités d’innovation des pays les moins avancés soient pleinement opérationnels d’ici à 2017 et renforcer l’utilisation des technologies clefs, en particulier de l’informatique et des communications, 17.9 Apporter, à l’échelon international, un soutien accru pour assurer le renforcement efficace et ciblé des capacités des pays en développement et appuyer ainsi les plans nationaux visant à atteindre tous les objectifs de développement durable, notamment dans le cadre de la coopération Nord-Sud et Sud-Sud et de la coopération triangulaire, 17.10 Promouvoir un système commercial multilatéral universel, réglementé, ouvert, non discriminatoire et équitable sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce, notamment grâce à la tenue de négociations dans le cadre du Programme de Doha pour le développement, 17.11 Accroître nettement les exportations des pays en développement, en particulier en vue de doubler la part des pays les moins avancés dans les exportations mondiales d’ici à 2020, 17.12 Permettre l’accès rapide de tous les pays les moins avancés aux marchés en franchise de droits et sans contingent, conformément aux décisions de l’Organisation mondiale du commerce, notamment en veillant à ce que les règles préférentielles applicables aux importations provenant des pays les moins avancés soient transparentes et simples et facilitent l’accès aux marchés, Cohérence des politiques et des structures institutionnelles, 17.13 Renforcer la stabilité macroéconomique mondiale, notamment en favorisant la coordination et la cohérence des politiques, 17.14 Renforcer la cohérence des politiques de développement durable, 17.15 Respecter la marge de manœuvre et l’autorité de chaque pays en ce qui concerne l’élaboration et l’application des politiques d’élimination de la pauvreté et de développement durable, 17.16 Renforcer le Partenariat mondial pour le développement durable, associé à des partenariats multipartites permettant de mobiliser et de partager des savoirs, des connaissances spécialisées, des technologies et des ressources financières, afin d’aider tous les pays, en particulier les pays en développement, à atteindre les objectifs de développement durable, 17.17 Encourager et promouvoir les partenariats publics, les partenariats publicprivé et les partenariats avec la société civile, en faisant fond sur l’expérience acquise et les stratégies de financement appliquées en la matière, Données, suivi et application du principe de responsabilité, 17.18 D’ici à 2020, apporter un soutien accru au renforcement des capacités des pays en développement, notamment des pays les moins avancés et des petits États insulaires en développement, l’objectif étant de disposer d’un beaucoup plus grand nombre de données de qualité, actualisées et exactes, ventilées par niveau de revenu, sexe, âge, race, appartenance ethnique, statut migratoire, handicap et emplacement géographique, et selon d’autres caractéristiques propres à chaque pays, 17.19 D’ici à 2030, tirer parti des initiatives existantes pour établir des indicateurs de progrès en matière de développement durable qui viendraient compléter le produit intérieur brut, et appuyer le renforcement des capacités statistiques des pays en développement. Les objectifs de développement durable (ODD), également appelés objectifs mondiaux, constituent un appel universel à l'action visant à éliminer la pauvreté, à protéger la planète et à garantir à tous les peuples la paix et la prospérité. Les 8 Objectifs du Millénaire pour le développement.fl Les Objectifs de Développement Durable par l'ONU, le jeu #SDGGame Publié le 16 janvier 2019 par ddec15 Pour que tous, dès le plus jeune âge, nous jouions le jeu des ODD 2030, le Centre Régional d'Information des Nations Unies (UNRIC) met à disposition un plateau de … L'universalité des ODD se traduit également par le fait que les États ne sont pas les seuls acteurs concernés, les ODD se caractérisent par leur dimension inclusive[51] : les parties prenantes ont été associés à l'élaboration des objectifs, ils participent aux Forum politique de haut niveau pour le développement durable (FPHN) et l'implication des parties prenantes dans la mise en œuvre est considéré comme un préalable à la « localisation efficace » des ODD[45]. La thématique de la réduction des inégalités de revenu est l'objectif no 10 des 17 ODD. La mortalité infantile est également liée au niveau d'éducation des mères. In this conversation. Discours d'ouverture (20 septembre 2010) d', Secrétaire général adjoint des Nations unies et Directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Déclaration du millénaire de l'Organisation des Nations unies, Conférence d'Hyderabad sur la diversité biologique, Rapport "A Brief for Policymakers on the Green Economy and the Millennium Development Goals", Atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement. "Victoria et Mathilde, personnalités éminentes pour l'ONU", Dho Young-shim, Chairperson of the UN World Tourism Organization’s Sustainable Tourism for Eliminating Poverty, Département des affaires économiques et sociales, Indice de la pauvreté multidimensionnelle, Classement des pays par Indicateur de pauvreté en 2000, Sustainable Development Solutions Network, Rapport UNESCO, avril 2015, chapitre 9, pages 283-320, Site du ministère français chargé de l'environnement (août 2016), Feuille de route de la France pour l'agenda 2030 - septembre 2019, Rapport du Dr A. Mohamed Saleck sur les ODD pour l'Afrique du nord (déc. Les Objectifs de développement durable sont-ils importants pour votre travail dans les régions ? Par exemple les cibles de l'ODD 2 dédié à l'élimination de la faim, la sécurité alimentaire, l'amélioration de la nutrition et la promotion de l’agriculture durable sont étroitement liées à la pauvreté et les inégalités (accès à la terre, petits producteurs), à la santé (malnutrition), à l'économie et au travail (productivité, revenus des agriculteurs, distorsions commerciales), à l'environnement (préservation des écosystèmes, changement climatique)... Autres exemples, l'Organisation mondiale de la Santé a mis en avant les interrelations entre l'ODD 3 et les autres ODD[46] et le Partenariat français pour l'eau l'a fait pour l'ODD 6[47]. The Sustainable Development Goals are a call for action by all countries – poor, rich and middle-income – to promote prosperity while protecting the planet. La quatrième cible est de parvenir à améliorer sensiblement, d'ici 2020, la vie d'au moins 100 millions d'habitants de bidonvilles ou de taudis. Les 8 OMD de l’ONU Atteint en 2006 : l’extrême pauvreté est passée de 42% de la population en 1999 à 7.2% en 2009. Patrick Caron & Jean-Marc Châtaigner, dir. Le 2 août 2015, 193 pays ont approuvé les 17 objectifs[4],[5]: Les 17 objectifs de développement durable sont repérables par des noms courts pour en faciliter la communication. Devenir plus souple et efficace. En 2007, 33 millions de personnes vivaient avec le VIH/SIDA, un chiffre en hausse depuis 2001, et qui concernent avant tout l'Afrique subsaharienne. Les États membres ont adopté en septembre 2013 lors de l’Assemblée Générale une approche globale fédérant les deux processus. Ce sont aussi les objectifs de l'ONU au Gabon: Ce sont aussi les objectifs de l'ONU au Maroc. Il s'accompagne de cinq cibles et de deux cibles de mise en œuvre. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}}. En revanche que 2,6 milliards d'individus sont démunis d'installations sanitaires, l'objectif d'un assainissement pour tous reste hors de portée. 17 ODD et 169 sous-objectifs 17 grands objectifs et 169 sous-objectifs ont été identifiés, suite aux différents processus de concertations : Reste que l'objectif de l'autonomisation des femmes reste distant, dans les pays en voie de développement comme dans les pays industrialisés. Il s'accompagne de cinq cibles et de trois cibles de mise en œuvre. Les objectifs de développement durable nous donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Bien qu'ayant globalement énormément progressé en direction de l'objectif avec un taux de réduction cinq fois plus élevé entre 2005 et 2013 qu'entre 1990 et 2005[5], seulement 10 pays des 22 de la région ont atteint l'objectif[6]. La dernière modification de cette page a été faite le 7 décembre 2020 à 15:20. Il s'accompagne de sept cibles et de trois cibles de mise en œuvre : 14.1 D’ici à 2025, prévenir et réduire nettement la pollution marine de tous types, en particulier celle résultant des activités terrestres, y compris les déchets en mer et la pollution par les nutriments, 14.2 D’ici à 2020, gérer et protéger durablement les écosystèmes marins et côtiers, notamment en renforçant leur résilience, afin d’éviter les graves conséquences de leur dégradation et prendre des mesures en faveur de leur restauration pour rétablir la santé et la productivité des océans, 14.3 Réduire au maximum l’acidification des océans et lutter contre ses effets, notamment en renforçant la coopération scientifique à tous les niveaux, 14.4 D’ici à 2020, réglementer efficacement la pêche, mettre un terme à la surpêche à la pêche illicite non déclarée et non réglementée et aux pratiques de pêche destructrices et exécuter des plans de gestion fondés sur des données scientifiques, l’objectif étant de rétablir les stocks de poissons le plus rapidement possible, au moins à des niveaux permettant d’obtenir un rendement constant maximal compte tenu des caractéristiques biologiques, 14.5 D’ici à 2020, préserver au moins 10 % des zones marines et côtières conformément au droit national et international et compte tenu des meilleures informations scientifiques disponibles, 14.6 D’ici à 2020, interdire les subventions à la pêche qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche, supprimer celles qui favorisent la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et s’abstenir d’en accorder de nouvelles, sachant que l’octroi d’un traitement spécial et différencié efficace et approprié aux pays en développement et aux pays les moins avancés doit faire partie intégrante des négociations sur les subventions à la pêche menées dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce, 14.7 D’ici à 2030, faire mieux bénéficier les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés des retombées économiques de l’exploitation durable des ressources marines, notamment grâce à une gestion durable des pêches, de l’aquaculture et du tourisme, 14.a Approfondir les connaissances scientifiques, renforcer les capacités de recherche et transférer les techniques marines, conformément aux Critères et principes directeurs de la Commission océanographique intergouvernementale concernant le transfert de techniques marines, l’objectif étant d’améliorer la santé des océans et de renforcer la contribution de la biodiversité marine au développement des pays en développement, en particulier des petits États insulaires en développement et des pays les moins avancés, 14.b Garantir aux petits pêcheurs l’accès aux ressources marines et aux marchés, 14.c Améliorer la conservation des océans et de leurs ressources et les exploiter de manière plus durable en application des dispositions du droit international, énoncées dans la Convention des Nations unies sur le droit de la mer qui fournit le cadre juridique requis pour la conservation et l’exploitation durable des océans et de leurs ressources, comme il est rappelé au paragraphe 158 de « L’avenir que nous voulons ».