En tant que système approuvé par l’état qui combinait la politique, la philosophie, et la morale, le Confucianisme atteignit progressivement le statut de religion et son fondateur, Confucius, fut vénéré comme une divinité. Les toits sont à une ou deux pentes. Partenaires, Heures de bureau : Lun - Vend 9h00 à 17h30 (GMT+8), Téléphones : +86 571 8527 8395 (conseiller de voyages)+86 96118 (plainte), Fax : +86 571 8527 9099Email : info@voyages-chine.com, Copyright © 2007-2019 Tous Droits Réservés voyages-chine.com Ltd Ce modèle type correspond au siheyuan canonique du nord de la Chine[25] habituellement construit en briques, ces habitations sont froides l’hiver et chaudes l’été. La mode, en Chine, des toits aux angles fortement relevés remonte au moins au XIe siècle et signale traditionnellement le monde des élites. Ce code appliqué comme loi dès le VIIe siècle apr. C’est ce motif, à quatre colonnes, la porte étant centrée sur un des longs côtés, qui était le plus employé dans l’architecture commune en Chine et servait à composer le siheyuan. C’est sous cet aspect que se présentaient globalement les villes comme les campagnes chinoises avant les années 1920. De nombreuses précisions et régles ont été généralisées à cette époque là. Dans une interview accordée à Chine-Magazine.Com, l’universitaire et architecte Zhang Chunyan explique pourquoi il a souhaité rééditer le dictionnaire écrit à la main en chinois de Chen Mingda. Conditions générales de vente      Dans cette zone, chaude l'été et tempérée l'hiver, la localisation et donc l'ensoleillement sont essentiels. N’est-ce pas là une violation du code confucéen ? La vie à l’intérieur de la cour était un monde confiné qui soulignait la différence de statut entre les jeunes et vieilles générations, les fils aînés et cadets, les hommes et les femmes. Dans les célèbres charpentes chinoises apparaissent donc, au-delà du système modulaire qui permet son extension, des possibilités de solutions diverses. Pour les « gens ordinaires », sous les Tang, le bâtiment principal ne devait pas dépasser trois entrecolonnements. et Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang, Architecture et urbanisme contemporains en Chine, Michèle Pirazzoli-t'Serstevens, documentation : Nicolas Bouvier assisté par Denise Blum 1970, Fu Xinian, Guo Daiheng, Liu Xujie, Pan Guxi,Qiao Yun, Sun Dazhang (sous la direction de Nancy S. Steinhardt) 2005, Ronald G. Knapp (sous la direction de) 2005, Archéologie et civilisation des oasis du Taklamakan 2001, Centre national des arts du spectacle (Pékin), : Consulter les albums de photographies sur la Chine, Définition de "Papier albuminé" sur Arago: le portail de la photographie, Architecture et urbanisme en Chine de 1842 à 1980, Portail de l’architecture et de l’urbanisme, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Architecture_chinoise&oldid=177366713, Article contenant un appel à traduction en anglais, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Portail:Architecture et urbanisme/Articles liés, Portail:République populaire de Chine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Lecture audio. L’architecture, en Chine comme en Occident, est aussi le reflet des pensées qui sont à l’œuvre dans les cultures et dans les sociétés et sur lesquelles les bâtisseurs-usagers ou les spécialistes des constructions et leurs commanditaires s’appuient pour penser l’architecture. Toutes les constructions étaient contrôlées par un code de construction détaillé qui différenciait clairement le rang et le statut. Les lions de pierre sont communs en Chine. Le mur d’enceinte magnifiait le toit, aussi celui-ci portait-il souvent des ornements. La Cité Interdite couvre une surface de 720 000 m2 et contient 9999,5 chambres. Cette image et celle de la pagode chinoise ont donné lieu, de par le monde occidental à de multiples variations, suivant le goût pour les styles historiques et exotiques aux XVIIIe et XIXe siècles. Architecture Chinoise Jardin Chinois Maison Traditionnelle Bassin Idées Pour La Maison Espace Intérieur Asiatique Intérieur Moderne Chinois Jardins Fuck Yeah Chinese Garden — traditional chinese … Les femmes n’étaient pas autorisées à quitter la cour centrale, et les invités n’avaient pas la permission d’y entrer. Gilles Béguin, Vincent Goossaert, Isabelle Charleux, Hélène Chollet, Nathalie Frémaux. Grès glaçuré. Architecture japonaise traditionnelle. Les dynasties Tang et Song symbolisent quant à elles l’âge d’or de ce style. Les principes structurels de l’architecture chinoise sont … Autour d’une, de deux ou de plusieurs cours successives les espaces se répartissaient, à peu près symétriquement sur un axe central, depuis le premier ensemble d’espaces tourné vers l’extérieur, avec la porte sur le devant, jusqu’à l’ensemble des espaces les plus intimes et préservés, sur l’arrière. . En fonction des conditions de température, du vent... Les espaces de circulation sont au niveau du sol, mais des banquettes surélevées, en particulier dans l'iwan (une pièce centrale sans fonction déterminée mais assimilable à un séjour, permettent de bénéficier, sur des tapis brodés, d'un certain confort, dans cette pièce ombragée et ventilée. Vue sur une des cours de la résidence (1762-1811) de la famille impériale Wang (Wang Jia Taiyuan), Shanxi. (Permis d'affaires), Contactez-nous      Mais l’architecture de bois se révèle sous d’autres formes dans les habitations sur pilotis adaptées aux grandes chaleurs humides du Yunnan, du Guanxi, du Guizhou et du sud du Hunan. L’architecture chinoise, est depuis les années 1980 en pleine mutation.Une nouvelle génération d’architectes chinois prend la relève des premiers architectes formés en Occident au XX e siècle et l’aspect architectural et urbain de la Chine se métamorphose à vive allure, aux dépens des dernières traces de l’architecture traditionnelle … « Les projets de reconstruction de quartiers à Pékin : le cas de Huashi Xiejie » : Fu Xinian, Guo Daiheng, Liu Xujie, Pan Guxi,Qiao Yun, Sun Dazhang (sous la direction de Nancy S. Steinhardt) (. Au cours de la période allant de la dynastie Shang à la dynastie Han, le style architectural chinois est né et s’est peu à peu identifié. Zhuji, Zhejiang, Vue extérieure d'un Tulou (architecture de terre), Hakka du Fujian, à Tianluokeng (Snail Pit village), Sud-ouest du Fujian. De l’ancienne charpente traditionnelle aux gratte-ciels modernes, l’architecture chinoise a toujours servi de support à la culture chinoise. L’architecture devint l’un des symboles les plus reconnaissables de la société féodale chinoise fondée sur la classe sociale. « Photographier l’architecture chinoise … Cette vision traditionnelle s’applique à tous les domaines de la vie chinoise, y compris l’architecture. Le caractère modulable de ce principe est évident dans la charpente si l’on augmente la profondeur de la ferme de comble. Ainsi les environs de Kaiping, Guangdong[31], abritent plusieurs milliers de constructions qui ressemblent à des tours fortifiées. Aujourd’hui elle s’applique partout, jusque dans les Chinatowns et certains immeubles contemporains, plutôt comme un signe d’appartenance au monde chinois cossu ou cherchant à le paraître, afin de correspondre à cette image pour des raisons parfois purement commerciales. Le bâtiment le plus important faisait face à la porte. François Boucher (1703-1770) devoted himself to Chinoiserie for a number of years when the fashion was at its height, from the 1740s to … Ce type de composition architecturale a pu se développer chez des populations autochtones voisines, comme l’ethnie Kejia (Fujian) [29]. Par ailleurs le pouvoir s’autorisait du confucianisme pour déterminer le code de la construction en fonction du statut, ou du rang de chaque édifice ou de chaque partie de l’édifice. (Permis d'affaires), Architecture traditionnelle chinoise : Généralité. Derrière ces trois halls principaux se trouvaient les palais des empereurs et impératrices, ainsi que les nombreux auxiliaires des cours centrales. La ville de Dadu fut construite au XIIIe siècle selon les principes du grand classique de Confucius, « Zhou Li », « Kaogong Ji », le « Rite des Zhou», les « Compétences techniques ». Les ponts remarquables de Chine 6. En Chine l’architecture civile et militaire ancienne repose donc largement sur les deux traditions de pensée dominantes : le confucianisme et le taoïsme, tandis que l’architecture des jardins chinois se réfère en partie sur certains aspects du bouddhisme chinois. Cependant certaines caractéristiques de ces forteresses ont été adaptées au fil du temps et aux diverses conditions climatiques de la Chine et visibles encore aujourd’hui. Avec cet instrument complexe, encore utilisé aujourd’hui, le géomancien connaît, en s’appuyant sur des associations d’idées transmises par tradition orale, les multiples implications d’une orientation[23]. Des consoles sont superposées, de la plus petite en bas à la plus grande en haut, dans les parties centrales supportant de fortes charges. publ. La maison traditionnelle chinoise Siheyuan. Comme le traditionnel siheyuan est l'unité des traditionnels hutong, le longtang au XXe siècle[33] en est la réinterprétation dans le contexte de l'urbanisation dense des comptoirs occidentaux de la ville cosmopolite à Shanghai. Tous les assemblages se faisant par des chevilles. Ce sont chaque fois des formes et des procédés différents[11] chez ces peuples Dai[12],[13], Dong[14],Yao, Maonan Zhuang, Miao, Jingpo et De’ang possèdent tous des habitations de ce type, galan, surélevées sur leurs pilotis. Les résidences des concubines impériales se trouvaient dans douze cours intérieures à l’est et l’ouest de la ligne centrale. Chaque religion possède ses propres édifices caractéristiques. Dans l’architecture chinoise traditionnelle, la décoration des portes d’entrée est utilisée pour chasser les esprits malfaisants. L’image la plus communément répandue de l’architecture chinoise est celle du pavillon dont les avant-toits sont relevés en courbes gracieuses. Une haute muraille entourait toute la ville, avec trois portes à l’est, à l’ouest et au sud, des remparts, et deux entrées au nord de la ville. 21 oct. 2020 - Découvrez le tableau "Peinture japonaise" de gaelle lb sur Pinterest. La construction du complexe commença en 1406. Les hallucinantes constructions chinoises modernes. Les lions de l’Empereur en avaient treize, les ducs et les princes, douze, et celles des fonctionnaires variaient selon leur rang. Ces tours uniques et peu connues, furent construites par les migrants chinois de retour des États-Unis, de Canada et d'Australie au XIXe siècle, à la fin de l'empire. Ces logements incarnaient l’organisation patriarcale, hiérarchique, de la société féodale chinoise, notamment la distinction entre le supérieur et l’inférieur, l’intérieur et l’extérieur, l’homme et la femme, le maître et le domestique. Cour creusée dans le lœss pour un habitat tempéré. On remplaça alors le bois par la brique et on appliqua la voûte du four à la couverture de ces dernières demeures. Comme pour la Cité Interdite, l’éclat de ses couleurs, la richesse des matériaux et de l’ornementation, le caractère majestueux de ses pavillons, tout est fait pour en imposer. Le système social hiérarchique chinois engendra un système très restrictif de réglementations architecturales. Représentation mingqi d'un palais Han. En général, pour la demeure des vivants on a maintenu la tradition du bois. En fait c’est précisément ce qui s’est passé pour l’architecture funéraire des classes dirigeantes lorsque, sous les Han, le bois commença à manquer pour construire des « résidences pour l’au-delà », souterraines, dont l’usage se répandait. Cet art se révèle dans toute sa complexité et ses subtilités dans les grandes propriétés rurales ou urbaines composées sur un axe central, généralement nord-sud dans le nord de la Chine, le bassin traditionnel des Han, pour bénéficier d’un ensoleillement maximal. On y fait attention à briser les rayons du soleil et à utiliser une ventilation maximale. Ce qui permet de savoir quel était le statut du propriétaire, du bâtiment ou de l’élément architectural[6]. Son entrée principale et ses chambres publiques étaient déviées de la cour intérieure par un mur et une porte décorative, isolant les chambres intérieures d’une intrusion extérieure. De même, la charpenterie de ce type de bâtiment y est conçue par groupes d’unités identiques normalisées. La philosophie confucéenne attache une grande importance à l’éthique et aux relations humaines, et représente l’un des principaux piliers de la culture chinoise. Les rez-de-chaussée de ces unités d'habitations disposent d'une petite cour d'environ une dizaine de mètres carrés qui sert d'entrée principale. C’est donc une solution de charpente différente du triangle mécaniquement rigide que l’on trouve en occident. »[2],[4] Les plans des édifices pouvaient varier, mais le nombre et le nombre de consoles, la courbure du toit et ainsi de suite pour tout bâtiment étaient fixés en fonction de son statut au sein d’une hiérarchie. L'architecturechinoisetraditionnelle, quel que soit le type de monument auquel elle appartient,présente un caractère de simplicité, de provisoire,qui a lieu de surprendre si on la compare à celle des peuples … La somptuosité de leur construction, de même que leur situation centrale, était l’expression du respect au pouvoir impérial. Sur la très longue durée de l’histoire de la Chine, l’architecture des élites s’est significativement transformée. Porté par un marché de la construction en pleine expansion à Shanghai le longtang s'est répandu dans tous les quartiers de 1870 aux années 1940. La Cité Interdite servit de résidence impériale et de siège du gouvernement durant les règnes des vingt-quatre empereurs des dynasties Ming et Qing, de 1368 à 1911. En 1267, Hu Bilie (Qubilai) le premier empereur de la dynastie Yuan transfère sa capitale sur un site qui comporte beaucoup de qualités géomantiques et géographiques. Dans ce système, le mur, non porteur, servait à diviser l’espace. Le confucianisme fut élevé au rang d’idéologie officielle d’état sous la dynastie des Han par l’empereur Han Wudi, qui régna de 149 à 87 av. L’ordonnancement de la ville était extrêmement rigoureux, avec des rues et des quartiers nettement démarqués. Architecture traditionnelle chinoise : Généralité 2. Le bâtiment principal bénéficiait alors d’encore plus d’intimité. Le jour et la nuit ainsi qu'au fil des saisons les habitants déménagent d'une pièce à l'autre. Sécurité de paiement     Le “Siheyuan” est un style commun de logement chinois Han qui date de la dynastie Zhou (-1100 à -256 avant J.C.). C’était l’espace réservé au chef de famille, et le lieu d’accueil des visiteurs. La Cité interdite représente l’expression architecturale suprême de l’idéologie confucéenne. Chaque lilong peut comporter une vingtaine de longtang, le tout étant desservi par des ruelles étroites débouchant sur les rues principales voisines. Pour bénéficier d’une surface plus grande, il ne suffit pas de multiplier le nombre de colonnes, il faut aussi couvrir cet espace. La naissance de l’architecture chinoise s’est faite en trois étapes principales. Tour de guet d'époque Han. Le vieux Pékin, au sud de l'Opéra et du Palais de l'Assemblée du Peuple, est constitué de hutong reconstruits, en partie dans les années qui suivirent la décision de ces restaurations, en 1987-88[21]. Depuis le Néolithique, dont témoignent les rapports de fouilles, jusqu'aux derniers produits des technologies qui ponctuent les grandes villes chinoises en passant par les ensembles monumentaux de la Chine impériale et les traces dispersées de l'urbanisme ancien, l'architecture domestique actuelle et l'architecture des campagnes chinoises jusqu'en Mongolie Intérieure, au Xinjiang et au Tibet c'est cette diversité qui en fait la richesse. Cette vidéo présente un célèbre ornement en jade composé des … Le nombre de traverses augmente jusqu’à l’entrait qui est assemblé au poinçon[1] dans le cas d’un temple. Les générations les plus jeunes logeaient dans les ailes est et ouest. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la Chine classique, des arches furent érigées à la mémoire de personnages illustres. publ.) Mais il est à noter que la voûte de brique est utilisée par les populations Han du Shanxi et du Shaanxi, du Henan et du Gansu pour le soutènement de leurs habitations troglodytes taillées dans le lœss, habitations en partie souterraines afin de compenser les grands écarts de température entre été et hiver[19],[20]. D’autres formules que cette architecture de bois et de brique mise au point au nord de la Chine, mieux adaptées aux conditions locales de ce pays immense et contrasté, ou profondément enracinées dans la culture des minorités chinoises, ont su résister à ce modèle dominant. Loading... Unsubscribe from CGTN Français? Les chevrons épousent la courbure du toit. Le palais se situera au cœur de la ville, avec le temple ancestral sur la gauche, le temple des dieux sur la droite, les bureaux à l’avant, et la place du marché à l’arrière ». La chambre centrale de l’aile nord, en tant que pièce la mieux localisée, faisait office de salle de réception ou de salle des ancêtres. Le toit chinois et sa charpente. Au-dessus du plafond à caisson on trouve des traverses non équarries, et des supports de bois sous les pannes qui permettent la forme courbée du toit. Les fenêtres des chambres donnaient toutes sur la cour centrale. À Shanghai, le longtang est un bloc rectangulaire à plusieurs niveaux comportant une dizaine d'unités d'habitations à étages avec escalier intérieur, posées côte à côte. À cela s’ajoutait la répartition des autres espaces pour les enfants et leurs épouses ainsi que pour les parents et serviteurs éventuels selon une partition de la famille et de la société, doublée d’une hiérarchie rigoureusement fixée par les règles confucéennes de bienséance (voir ci-dessous) au moins depuis le milieu de la dynastie des Ming. Architecture chinoise. Les Pagodes Chinoises 7. Vue aérienne sur une maison traditionnelle de type siheyuan. Dans un territoire aux frontières variables au cours des siècles, l'architecture contrôlée par le pouvoir chinois a su passer d'une conception ou dominait la discrétion, voire la dissimulation, au cours des premières dynasties jusqu'aux premiers siècles de notre ère, et à la fin de l'Empire, une conception dominée par des formes bien plus grandioses, décorées, colorées. Selon la théorie de la médecine traditionnelle chinoise, il régularise la consistance froide et humide du Taiyin et rétablit l'équilibre yin-yang de l'organisme, ce qui peut aider les patients … Un mur-écran étant dressé devant la porte principale pour empêcher la vue depuis l’extérieur. Protégé par un mur d’enceinte muni d’une porte à chicane, où un écran interdit tout regard indiscret depuis la rue, le siheyuan est centré sur une cour à galeries longeant les quatre pavillons ainsi assemblés. Dans cette Chine ancienne le pouvoir imposait un code éminemment hiérarchisé pour tout élément architectural, comme il y avait un code vestimentaire il y avait donc un code architectural. On peut trouver aussi des successions de portes en lune, alignées de cour en cour sur l'axe nord-sud, ce qui permet une bonne ventilation[15]. Les chambres est de l’aile nord de la maison étaient occupées par les grands-parents, et celles de l’ouest, par le chef de famille. Quant à l'architecture contemporaine en Chine, elle est confiée à des cabinets d'architectes qui appliquent les valeurs et les méthodes du modernisme en architecture. Cependant, dans ce pays pourtant soumis à la déforestation depuis longtemps, on peut s’étonner que la brique n’ait pas détrôné le bois pour tous les éléments structuraux, alors que le principe de la voûte était connu. Copyright © 2007-2016 Tous Droits Réservés voyages-chine.com Ltd