A la découverte des œuvres de Jean Prouvé

TO GO WITH AFP STORY BY PAUL AUBRIAT
People visit a temporary exhibition dedicated to the French architect and designer Jean Prouve at the  Musee Lorrain of the French northeastern city of Nancy, on July 4, 2012. The city of Nancy pay tribute to Jean Prouve in 2012, organizing a series of permanent and temporary exhibitions. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Jean Prouvé était un architecte d’intérieur autodidacte. Spécialisé dans le travail du métal, tout d’abord industriel, il se tourne peu à peu vers le dessin. Précurseur de son temps, il allie la modernité des matériaux utilisés avec le côté pratique des pièces qu’il a créé. Véritable amateur de beauté, il insuffle un souffle d’art à ses créations et s’impose très vite comme l’un des designers les plus importants et les plus influents du siècle.

Un style avant-gardiste

Les œuvres de Jean Prouvé ont été méconnues du public jusqu’à récemment, bien que plusieurs musées en aient été demandeurs. Toutefois, un engouement croissant pour ses créations a commencé à se faire ressentir ces dernières années. Ainsi, ces objets à l’esthétisme moderne sont plus prisés par les particuliers, mais également par les collectionneurs.

La relation profonde et très intime qu’il avait avec le métal se reflète dans chaque pièce décorative dont il est l’auteur. Son style résolument novateur lui a valu des collaborations avec de grands noms tels que Corbusier ou Charlotte Perriand.

Il ne produisait pas seulement pour la forme, au contraire, il cherchait les designs les plus efficaces en termes de construction et de matière première. Dans l’élaboration de ses œuvres, il se demandait souvent ce que pensait le matériau.

Les pièces de mobilier de Jean Prouvé

Les chaises métropole ont vu le jour en 1950, dans « Les Ateliers Jean Prouvé ». Leur création est l’aboutissement de nombreuses études. Ces œuvres répondent à des critères posés par Prouvé lui-même. D’une exigence extrême, il insiste que la chaise fait partie des meubles les plus difficiles à concevoir. Il veut que ce mobilier soit d’une très grande résistance mais également qu’il soit intemporel.

En 1953, il dessine les tables cafeteria, aussi connues sous le nom de tables compas, qu’il destine notamment aux réfectoires. Cette pièce dispose de pieds fins et métalliques, et leur ouverture rappelle celle d’un compas, d’où sa dénomination. Déclinée en plusieurs versions, elle est à l’origine fabriquée à partir de tôle pliée. Son plateau est quant à lui constitué de bois massif huilé.

Ces mobiliers comptent aujourd’hui parmi ses œuvres les plus cotées et sont disponibles en ligne.

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Don't have account. Register

Lost Password

Register